Les prix des intrants de culture à la baisse malgré la faiblesse du huard

Les prix des intrants de culture pendant les trois premiers mois de 2016 ont diminué de plus 1 % (en anglais seulement) par rapport à la même période en 2015. Pendant ce temps, le dollar canadien s’est affaibli, ce qui aurait normalement entraîné une hausse des coûts des intrants pour les producteurs. Comment peut-on expliquer cette baisse des coûts des intrants?

Prix plus faibles des engrais et du carburant

La baisse générale des coûts des intrants de culture est attribuable à la baisse des prix des engrais et du carburant. Les prix des engrais en 2016 sont près de 7 % inférieurs à ce qu’ils étaient au cours des trois premiers mois de 2015. Pendant la même période, le diésel et l’essence ont chuté de 23 % et de 11 %, respectivement. Ces baisses reflètent la diminution de la demande aux États-Unis et des prix des produits de base (à savoir le charbon, le pétrole et le gaz naturel), lesquels sont utilisés comme matières premières dans la fabrication d’engrais.

En ce qui a trait aux prix des engrais en particulier, les fluctuations saisonnières en 2016 ne sont pas aussi marquées, ce qui laisse présager une demande printanière plus faible. Toutefois, le marché pourrait connaître une hausse des prix des engrais en avril et en mai étant donné que la superficie ensemencée en maïs sera plus importante en 2016, selon les intentions d’ensemencement aux États-Unis.

À l’inverse, la santé économique des fermes au Canada stimule la demande de produits chimiques et de semences de ce côté-ci de la frontière. Selon l’Alberta Agriculture and Forestry Survey (en anglais seulement) les prix des produits chimiques et des semences affichent une hausse de plus de 1 % en 2016 par rapport au premier trimestre de 2015.

Valeur plus faible du dollar canadien

Le recul des prix des intrants de culture est particulièrement frappant étant donné la chute de près de 10 % du dollar canadien par rapport au dollar américain pendant la même période. De plus, si l’on considère que le huard valait 10 % de moins au cours du premier trimestre de 2016, le recul total atteint en réalité presque 11 %. L’analyse individuelle des prix des différents intrants de culture (engrais, produits chimiques, semences et carburant) mène à considérer différentes possibilités.

Même une baisse légère est importante

Une baisse de 1 % peut sembler insignifiante, mais ce n’est pas le cas. Les fluctuations de prix ont une grande influence sur la rentabilité. La quasi libre circulation des produits entre le Canada et les États-Unis ainsi que la dépendance envers les importations font en sorte que les prix des intrants de culture sont établis d’abord en dollars américains, de là l’importance de tenir compte de l’impact du taux de change entre le dollar canadien et le dollar américain.

Dans l’ensemble, les prix des intrants de culture sont moins élevés en 2016 comparativement à 2015, ce qui soutiendra les marges des producteurs canadiens.