Les opinions abondent en économie. Pile ou face vous propose deux opinions afin de présenter un portrait plus précis et dans son ensemble d'un seul thème économique important pour l'agriculture canadienne. Tout au long de l'année, nous vous ferons part de points de vue sur divers sujets qui donnent matière à débat

Chine ou Inde : quel pays offre les perspectives les plus prometteuses pour les exportations canadiennes?

Le Canada est l'un des principaux pays exportateurs de produits agricoles et agroalimentaires. Le succès des exportations canadiennes repose sur l'accès à des marchés où les consommateurs ont les moyens d'acheter des biens importés, et sur le maintien du statut de l'agriculture en tant qu'industrie vigoureuse, dynamique et capable de saisir les possibilités grandissantes de répondre à la demande mondiale. La Chine et l'Inde, qui représentent le tiers de la population mondiale, sont deux facteurs importants de la croissance de la demande mondiale. Le Canada est en train de négocier des accords commerciaux avec ces deux pays.

Martha Roberts et Jean-Philippe Gervais donnent leur avis sur les perspectives qu'offrent la Chine et l'Inde pour les exportations agricoles et agroalimentaires canadiennes d'ici 2026.

Jean-Philippe Gervais
Vice-président et économiste agricole en chef

La Chine aura une incidence accrue

En 2015, la Chine était le deuxième marché en importance pour les produits agricoles et agroalimentaires canadiens. Les exportations alimentaires ne cessent d'augmenter depuis 2010 et les exportations agricoles sont en hausse depuis 2012, ce qui s'explique par la richesse croissante de la classe moyenne chinoise. Celle ci a les moyens de s'offrir les produits alimentaires importés du Canada et en est friande. Toutefois, l'incidence la plus profonde de la Chine sur les entreprises canadiennes découlera de la capacité grandissante de ce pays d'influencer les cours mondiaux.

Trois raisons

1. Le PIB ne nourrit personne!

Les exportations canadiennes à destination de la Chine continueront d'augmenter durant la transition vers une économie axée sur la consommation qui s'opère dans ce pays. Les salaires plus élevés ne feront pas grimper le produit intérieur brut (PIB), mais ils feront augmenter le revenu disponible. La croissance de la demande alimentaire résulte, notamment, du revenu disponible des consommateurs et non pas de la croissance du PIB. L'Inde devrait afficher un PIB plus élevé que celui de la Chine, mais la classe moyenne chinoise a plus de ressources financières à consacrer aux aliments.

2. Les consommateurs chinois se soucient de la salubrité et de la qualité des aliments

La classe moyenne grandissante de la Chine continuera à stimuler la demande de produits alimentaires canadiens, en particulier les produits haut de gamme et de haute qualité. Cette classe moyenne est essentiellement citadine, et le nombre de ménages urbains ne cesse de croître parallèlement à l'augmentation du revenu disponible. L'urbanisation entraîne aussi une modification des habitudes et des préférences alimentaires. Le taux d’urbanisation (site en anglais seulement) de la Chine est supérieur à celui de l'Inde, ce qui devrait entraîner une offre d'aliments (site en anglais seulement) accrue en Chine, en particulier des aliments fournis par des entreprises occidentales.

3. Des réformes du marché remplaceront la politique d'autosuffisance alimentaire de la Chine

Au cours des dix prochaines années, les producteurs chinois seront confrontés à une conjoncture qui découle de changements aux politiques et qui provoquera des ajustements importants liés à la chute des prix nationaux. La liquidation du troupeau de porcs en 2014‑2015 et la réforme du maïs opérée cette année (afin de réduire les stocks colossaux) sont des exemples de ce que réserve l'avenir. Étant donné que le pouvoir d'achat de la Chine façonne de plus en plus l'offre et la demande à l'échelle mondiale, il soutiendra des prix à la ferme supérieurs à la moyenne à long terme que les producteurs canadiens ont connue jusqu'ici.


Martha Roberts
Spécialiste en recherche économique

L'Inde aura une incidence accrue

L'Inde est le quatrième marché en importance pour les produits agricoles du Canada et son premier marché d'exportation de légumineuses. Le PIB et la croissance démographique de l'Inde devraient surpasser ceux de n'importe quel autre pays, ce qui place l'Inde comme la prochaine « superpuissance économique offrant un potentiel » au cours des dix prochaines années.

Trois raisons

1. L'Inde compte la population âgée de 10 à 24 ans la plus importante au monde (356 millions en 2014)

L'Inde compte l'une des populations qui croissent le plus rapidement au monde. Elle devrait ravir à la Chine le titre de pays le plus peuplé d'ici 2026. Cette main‑d’œuvre jeune a besoin des outils et de l'éducation qui lui permettront de s'épanouir pleinement, et l'Inde est en train de réformer son accès à l'éducation pour veiller à ce que cela se produise. Le système d’éducation de l'Inde se classe au 29e rang pour sa qualité (sur 138 pays) selon l'indice de compétitivité globale 2016‑2017 (site en anglais seulement).

2. La croissance du PIB la plus forte au monde entraîne une hausse des revenus et une évolution des choix alimentaires

L'économie de l'Inde devrait se classer au premier rang mondial pour ce qui est de la croissance du PIB en 2016‑2017. Cette performance conduit directement à des investissements soutenus et à un accroissement du bassin de consommateurs indiens, qui devrait atteindre un seuil de 89 millions de foyers d'ici 2025 (site en anglais seulement). Compte tenu de l'augmentation des revenus, de la richesse, du niveau de scolarité et de l'urbanisation, le niveau de vie en Inde s'améliorera aussi, ce qui suppose des modes de vie et des choix alimentaires plus sains. Les exportations de lentilles canadiennes seront de plus en plus abondantes.

3. L'Inde est maintenant mieux placée sur l'échiquier du commerce international

Centre mondial de l'industrie des télécommunications, l'Inde devance largement la Chine sur le plan des communications. De plus en plus branchée, scolarisée et douée en anglais, la population de l Inde surpassera celle de la Chine pour ce qui est du taux d'adoption de la téléphonie mobile. De plus, elle bénéficie d'un gouvernement démocratique sans « Grand Firewall de Chine » faisant obstacle à l'utilisation généralisée d'Internet dans le milieu universitaire.