Recensement de l’agriculture : L’agriculture canadienne prend de l’ampleur et s’améliore avec l’âge

Les données du Recensement de l'agriculture de 2016 ont été publiées aujourd'hui. Elles fournissent un portrait de la situation actuelle du secteur. Depuis les 20 dernières années, le nombre de fermes canadiennes diminue constamment de 10 % à chaque période de recensement. Cependant, cette année, cette tendance a été freinée puisque le nombre total de fermes a diminué de 6,0 %; un rythme ralenti presque de moitié par rapport à chacune des quatre périodes précédentes.

Davantage de terres cultivées

Comme je l'ai indiqué la semaine dernière, le visage des exploitations agricoles est en train de changer. Les efforts déployés pour réaliser des gains d'efficience font en sorte que la taille des fermes augmente dans les Prairies, en particulier en Saskatchewan, où le nombre de fermes a continué de baisser en 2016; toutefois, la taille de la ferme moyenne a augmenté de 7,0 %.

Le nombre total de fermes canadiennes œuvrant dans le secteur des céréales et des oléagineux a augmenté entre 2011 et 2016 (de 30,0 % en 2011 à 32,9 % en 2016). Ce nombre a augmenté dans la plupart des provinces, sauf, plus particulièrement, en Saskatchewan, où il a diminué. Toutefois, l'augmentation du nombre de fermes de céréales et d'oléagineux au Québec (17,1 %, de 3 849 à 4 506) et en Alberta (6 %, de 12 692 à 13 451) a contribué à accroître, à l’échelle nationale, la superficie des terres consacrées aux cultures végétales. En passant de 69,7 millions d'acres en 2011 à 78,5 millions d'acres en 2016, l'augmentation de la superficie des terres cultivées a été encore plus importante dans les trois provinces des Prairies. Cette situation est attribuable, en partie, à une récupération de superficie à la suite des inondations déclarées en 2011 et à la conversion de terres consacrées à la culture de foin et au pâturage en terres cultivées.

Le canola continue d'être la plus importante culture au Canada. La superficie des terres consacrée au soja (Manitoba) et aux légumineuses (Saskatchewan) a augmenté de façon spectaculaire. Le nombre d'exploitations laitières et bovines a diminué, alors que le nombre d'exploitations d'élevage d'autres animaux (porc et volaille) a augmenté. Au Canada, le secteur laitier a produit plus de lait avec moins de ressources entre 2011 et 2016 : la production laitière a augmenté de 8,7 % avec des gains de productivité, et ce, malgré des troupeaux plus petits.

Qui sont les producteurs canadiens?

La population agricole vieillit très lentement. En 2011, l'âge moyen d'un agriculteur canadien était de 54 ans. En 2016, il était de 55 ans. De plus, le nombre de jeunes producteurs (exploitants de moins de 35 ans) est en hausse partout, sauf à Terre-Neuve-et-Labrador et au Québec. Alors qu'ils représentaient 8,2 % de la population agricole totale en 2011, les jeunes producteurs représentent maintenant 9,1 % des producteurs canadiens. Au Manitoba, les jeunes fermiers représentaient 10,8 % des producteurs de la province, comparativement à 8,8 % en 2011. Le nombre de fermes dirigées par des hommes et des femmes a diminué, tandis que le nombre de fermes dirigées uniquement par une femme a augmenté entre 2011 et 2016 (de 10 740 à 13 110 – une augmentation de 22,1 %).

Augmentation des acres loués

La superficie des terres cultivées appartenant aux fermiers est en baisse : de 64,4 % en 2011 à 62,8 % en 2016 – soit une diminution de 3,8 millions d'acres. Le nombre d'acres total loué ou loué à bail a augmenté de 8,8 % entre 2011 et 2016. C'est en Saskatchewan que le nombre d'acres loués a le plus augmenté (de 14,7 à 17 millions d’acres en 2016, ce qui représente une augmentation de 15,8 %). En Colombie-Britannique, l'augmentation d'acres loués a été de 11,7 % – ce qui représente presque 100 000 acres de plus en 2016. Pour la même période, près de 1 million d'acres de plus étaient loués en Alberta, ce qui constitue une augmentation de 8,9 %.

Le Recensement de l'agriculture contient beaucoup de données démographiques sur les fermes et des renseignements commerciaux. Comparez votre situation aux tendances canadiennes!