Êtes-vous en mesure de rembourser vos dettes? Utilisez ce ratio financier pour évaluer votre situation.

Pendant tout le mois d’octobre, nous vous présenterons des outils financiers clés qui sont à votre disposition afin de comprendre dans quelle mesure les données financières de votre exploitation se comparent à la moyenne canadienne. Nous nous appuierons sur les observations présentées dans notre rapport Perspectives concernant les actifs et la dette agricoles pour 2017-2018, qui dresse un portrait de la santé financière globale de l’agriculture canadienne en se basant sur le rapport Bilan du secteur agricole de Statistique Canada. Mettant à profit les données de l’Enquête financière sur les fermes de 2015, notre billet de ce mois-ci portera plutôt sur les mesures que l’on retrouve dans l’état des résultats, à savoir la liquidité, la solvabilité et la rentabilité. Nous décrirons la situation générale de l’agriculture canadienne pour chaque mesure et nous vous présenterons les ratios que vous pourrez utiliser afin de mieux comprendre la santé financière de votre exploitation.  

La semaine dernière, nous vous avons présenté un aperçu de la position de liquidité des fermes canadiennes. Dans le présent billet, j’examinerai la capacité des fermes canadiennes à rembourser leurs dettes au moyen du ratio du service de la dette.  

Qu’est-ce que le ratio du service de la dette?

Le ratio du service de la dette mesure la capacité à assurer le service de la dette (c.-à-d. l’intérêt et le capital) à partir du revenu d’exploitation net (soit les revenus moins les dépenses d’exploitation avant intérêts). Plus le ratio du service de la dette d’une exploitation agricole est élevé, mieux elle est placée pour respecter des obligations au titre de la dette. 

Utilisez la formule suivante pour calculer le ratio du service de la dette d’une ferme :

Ratio du service de la dette = Revenu d’exploitation net / Paiement du service de la dette moyen annuel

Le revenu d’exploitation net moyen des secteurs est tiré de l’Enquête financière sur les fermes; toutefois, on doit formuler des hypothèses quant à la durée de la période de remboursement et aux taux d’intérêt afin de pouvoir estimer le paiement annuel pour assurer le service de la dette. Les résultats obtenus illustrent la capacité des fermes à rembourser leurs dettes dans l’ensemble des secteurs.  

Le ratio du service de la dette des exploitations agricoles canadiennes est élevé en moyenne

En 2015, le ratio moyen du service de la dette des fermes canadiennes s’élevait à 2,0. Le ratio moyen est nettement différent d’un secteur à l’autre. Les secteurs de la serriculture et des céréales et oléagineux ont enregistré le ratio moyen le plus élevé de l’Enquête financière sur les fermes de 2015 avec des ratios respectifs de 2,7 et 2,5. Le secteur des produits laitiers affichait le ratio du service de la dette le plus bas, soit 1,2. Il n’est pas rare de trouver des ratios inférieurs dans les secteurs dont les flux de trésorerie sont généralement stables. En outre, le ratio du service de la dette dans le secteur laitier s’est probablement amélioré depuis 2015, compte tenu de la demande croissante de matières grasses butyriques et des stratégies de commercialisation de la production excédentaire de lait écrémé.

Presque 70 % des fermes dans les secteurs des légumes de serre, des légumes de plein champ, des pommes de terres et des céréales et oléagineux affichent un ratio du service de la dette de plus de 2,5, ce qui s’explique principalement par la solidité des recettes monétaires agricoles et la faiblesse des taux d’intérêt au cours des dernières années. Or, certaines fermes ont aussi enregistré un ratio de moins de 1,1, ce qui s’explique peut-être par les investissements importants pour lesquels des emprunts sont nécessaires.  

Hausse des taux d’intérêt – Qu’est-ce que cela signifie pour vous et pour le service de la dette?

La hausse des taux d’intérêt fera grimper le paiement annuel du service de la dette avec le temps. À partir d’une situation financière moyenne, on estime que le ratio du service de la dette baissera de 0,1 pour chaque hausse de 25 points de base des coûts d’emprunt. Bien sûr, les répercussions varieront d’un secteur à l’autre et dépendront du niveau d’endettement.

Que vous envisagiez de profiter d’occasions d’investissement ou que vous surveilliez simplement le contexte économique, il est toujours bon d’établir divers scénarios relatifs aux taux d’intérêt et au revenu net, afin de comprendre quelle est la situation financière de votre exploitation.


Leigh Anderson
Économiste agricole principal

Leigh Anderson a commencé à travailler à FAC en 2015 en tant qu’économiste agricole principal. Sa spécialité est le suivi et l’analyse du portefeuille de FAC et de la santé de l’agroindustrie ainsi que l’évaluation des risques inhérents à ces activités. Avant d’entrer au service de FAC, il a travaillé à la direction des politiques du ministère de l’Agriculture de la Saskatchewan. M. Anderson est titulaire d’une maîtrise en économie agricole de l’Université de la Saskatchewan.

@AndersonLeigh3