L’agriculture canadienne affichera un bilan positif dans sept secteurs jusqu’en 2018

Les recettes monétaires agricoles dans l’ensemble des principaux secteurs de l’agriculture canadienne continuent de montrer des signes de vigueur. Cette tendance devrait durer jusqu’au milieu de l’année 2018. Ces solides recettes devraient permettre à l’agriculture canadienne de continuer d’afficher une rentabilité positive pendant la période de prévision.

Sept secteurs : sept tendances positives de croissance

Cette croissance, mesurée à l’échelle nationale pour la plupart des secteurs, variera de faible – avec une hausse prévue de 2 % des recettes moyennes annuelles dans le secteur des céréales et des oléagineux de l’Est du Canada (maïs et soja) jusqu’à la fin 2018 – à forte avec une croissance de 12 % dans le secteur du porc. D’ici juillet 2018, nous prévoyons une hausse de 8 % des recettes tirées du bétail et de 7 % des recettes issues de la volaille. Le secteur laitier, pour lequel nous prévoyons une croissance de 11 % des recettes au cours des prochains 18 mois, pourrait facilement surpasser notre projection, compte tenu des récentes nouvelles au sujet de la croissance de la production.

Les nouvelles sont également bonnes pour le secteur de l’équipement agricole, qui a connu une croissance plus lente des ventes de moissonneuses-batteuses et de tracteurs à quatre roues motrices entre 2014 et 2016. Les ventes du secteur augmenteront en 2017 et 2018, et même si elles n’atteindront probablement pas le sommet enregistré en 2013, elles dépasseront toutefois leurs plus récents niveaux.

Les recettes du secteur des céréales et des oléagineux de l’Ouest (blé, canola et lentilles) enregistreront probablement un recul modeste de 2 % au cours de la période de prévision. Étant donné les recettes record des dernières années, cela augure quand même bien pour le secteur.

Les données financières des exploitations agricoles apparaissent solides

Le tableau d’ensemble des données financières des exploitations agricoles au cours de la période de prévision apparaît également stable. L’équipe de l’Économie agricole de FAC prévoit que la dette agricole progressera à un rythme qui favorisera l’expansion dont a besoin l’agriculture canadienne. Les taux d’intérêt devraient légèrement augmenter, mais ils demeureront historiquement faibles, ce qui favorisera la santé du secteur agricole.

Nous prévoyons que le huard se situera en moyenne à 0,78 $ US tout au long de la seconde moitié de 2017. C’est l’une des raisons pour laquelle l’agriculture canadienne devrait continuer de présenter de meilleurs résultats que les États-Unis jusqu’en 2018, ce qui contribuera à faire grimper les recettes au pays et rendra les exportations canadiennes plus concurrentielles sur les marchés mondiaux.

Comment en sommes-nous venus là?

Un certain nombre de secteurs de l’agriculture ont connu une croissance record de leurs recettes au cours des cinq dernières années. Ainsi, le secteur des céréales et oléagineux a connu des années record en 2015 et en 2016 et les secteurs de l’élevage ont affiché leurs recettes les plus élevées en 2014, puis ont connu un bond en 2017.

Pour plus de détails à propos des prévisions de recettes pour les sept secteurs, consultez la série d’aperçus économiques préparée par l’équipe de l’Économie agricole de FAC. De plus, ne manquez pas notre dernier rapport, Perspectives concernant les actifs et la dette agricoles pour 2017-2018, qui sera publié le 12 septembre.


Martha Roberts
Spécialiste en recherche économique

Martha Roberts est une spécialiste en recherche qui étudie le rendement économique et les facteurs de réussite pour les producteurs agricoles et les agroentreprises. Mme Roberts compte 20 années d’expérience dans la réalisation de recherches qualitatives et quantitatives et la communication des résultats à divers publics. Elle est titulaire d’une maîtrise en sociologie de l’Université Queen’s située à Kingston en Ontario.

@MJaneRoberts