Trois conseils pour se préparer à des marges de profit plus serrées

Il est fort probable que les marges de profits se resserreront dans tous les secteurs au cours de 2016. Un huard faible a protégé les producteurs canadiens des bas prix des produits de base observés pendant la plus grande partie de 2015 et le début de 2016. Toutefois, le dollar, qui vaut actuellement 4 cents de moins qu'il en valait l'an dernier, ne pourra tout simplement pas continuer à avoir le même effet tampon s'il se raffermit.

Je me suis longuement étendu sur ce sujet lors des conférences de Perspectives agricoles FAC 2016 qui ont pris fin à la mi‑mars, à Moncton. L'un des points cruciaux que j'ai soulevés était l'importance du perfectionnement des compétences en gestion agricole.

Pour vous appuyer dans cette démarche, je vous présente ici trois facteurs majeurs qui influent sur l'agriculture canadienne ainsi que la façon dont vous pourrez les surveiller.

1.  Les taux d'intérêt et leur effet sur les taux de change 

La prochaine décision de la Banque du Canada concernant le taux directeur sera communiquée le 13 avril. La prochaine réunion de la Réserve fédérale des États‑Unis (la Fed) est prévue pour le 27 avril. Surveillez les signaux des deux côtés de la frontière suggérant des cours différents pour les taux d'intérêt. Un ralentissement de la hausse du taux directeur des États‑Unis raffermirait davantage le dollar canadien par rapport au dollar américain.

Les hausses du taux directeur des États-Unis pourraient ralentir. Les banques centrales en Europe, au Japon et en Chine continuent d'exercer des pressions pour conserver une politique accommodante en fait de taux d'intérêt puisque l'économie mondiale montre toujours des signes de faiblesse économique. À cause de ces pressions, il pourrait être plus difficile pour la Fed de s'en tenir à son plan de normaliser son taux directeur. 

2.  Santé économique mondiale et les prix du pétrole

Le Fonds monétaire international (FMI) publiera une mise à jour de ses Perspectives sur l'économie mondiale en avril. Une croissance économique mondiale plus solide que prévu pourrait aider à résoudre le problème d'excédents de pétrole sur les marchés mondiaux et à raffermir les prix du pétrole, lesquels sont cruciaux à la santé de l'économie du Canada.

3. Les rapports du département de l'Agriculture des États‑Unis (USDA) sur les marchés de cultures et d'animaux d'élevages 

Naturellement, le rapport du 31 mars sur les intentions d'ensemencement (en anglais seulement) en 2016 des producteurs américains est important. Le prochain rapport World Agricultural Supply and Demand Estimates (en anglais seulement), lequel porte sur les estimations concernant l'offre et la demande agricoles mondiales, paraîtra le 12 avril. Mais ce qui présentera sans doute un plus grand intérêt sera le rapport du 10 mai dans lequel l'USDA publiera ses premières prévisions concernant l'offre et la demande américaines et mondiales de cultures pour l'année commerciale 2016‑2017. Ce rapport a une incidence sur les marchés et les prix mondiaux des produits de base. Revenez consulter le blogue de la Tribune économique. Nous commenterons ces rapports dès leur publication.

Selon un récent rapport sur les perspectives agricoles, Agriculture et Agroalimentaire Canada s'attend à une année 2016 prospère pour l'agriculture canadienne, prévoyant un revenu monétaire net de 14 % plus élevé que la moyenne de 2010 à 2014. Pour voir venir les occasions (et les difficultés) qui se présenteront, surveillez et comprenez l'évolution des taux d'intérêt et de l'économie mondiale et tenez compte de la façon dont on rend compte de cette évolution dans les rapports de l'USDA. Ces trois facteurs ont une incidence sur ce qui se produira ici. Et n'oubliez pas de visiter cette page régulièrement pour lire de nouvelles analyses à jour.

Pour plus d'information à ce sujet, lisez ces autres billets récents :