Projections de cultures pour l'Est du Canada en 2017

L'augmentation de la production à l'échelle mondiale ainsi que les rendements records de maïs et de soja obtenus en 2016 aux États‑Unis ont entraîné un accroissement des stocks et une baisse des prix, particulièrement pour ce qui est des céréales secondaires. Qu'en est‑il des superficies ensemencées et à quoi devraient s'attendre les producteurs canadiens en 2017? Au cours des deux prochaines semaines, je présenterai un survol des décisions en matière d'ensemencement et d'intrants agricoles pour les producteurs de grains et d'oléagineux de l'Est et de l'Ouest du Canada. Cette semaine, je présente l'évaluation pour l'Est du Canada.

La superficie ensemencée en soja dans l'Est du Canada atteindra un niveau record en 2017

Le 30 janvier 2017, Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) a publié ses premières perspectives de la campagne agricole de 2017‑2018. AAC prévoit qu'au Canada la superficie ensemencée en maïs diminuera de 3 % et que celle de blé d'hiver chutera de 12 %. Par contre, il est prévu qu'en 2017 la superficie ensemencée en soja augmentera de 8 % au Canada pour atteindre une superficie record de 5,9 millions d'acres. 

Selon le document Budgets de grandes cultures 2017 du ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires Rurales de l'Ontario, l'écart entre la marge sur coût direct pour le soja et le maïs est d'environ 50 $ l'acre pour un producteur type de l'Est du Canada. Cela cadre bien avec les prévisions d'AAC qui indiquent une plus grande superficie ensemencée en soja et une plus petite superficie ensemencée en maïs.

Bien que les prévisions actuelles favorisent le soja, le maïs demeure rentable, et plusieurs facteurs pourraient avoir une incidence sur le marché des grains et oléagineux d'ici la fin de la campagne agricole. Le bulletin du département de l'Agriculture des États‑Unis (USDA) relatif aux intentions d'ensemencement, qui sera publié le 31 mars 2017, sera un facteur important sur le marché. D'après les estimations actuelles, les cultures de soja aux États‑Unis dépasseraient les 85 millions d'acres. De plus, la taille des cultures de soja en Amérique du Sud aura un effet sur les prix sur les marchés à terme. Pour évaluer les perspectives du marché du maïs et du soja, un bon indicateur de la rentabilité est le ratio  soya/maïs (calculé selon le prix à terme du soja en novembre divisé par le prix à terme du maïs en décembre). De manière générale, un ratio supérieur à 2,5 favorise le soja. Le ratio actuel se situe autour de 2,6. 

Les intrants agricoles demeurent stables

Selon Statistique Canada, les prix des intrants agricoles dans l'Est du Canada ont diminué de 2 % au cours des trois premiers trimestres de 2016 comparativement à la même période en 2015. Nous nous attendons à ce que les coûts des intrants agricoles augmentent légèrement en 2017 puisque la tendance des prix de l'énergie est légèrement à la hausse. Pour ce qui est des engrais, les prix ont en fait diminué de 10 %, en moyenne, au cours des trois premiers trimestres de 2016 et demeureront inférieurs en 2017 aux prix moyens de 2016. 

Il est prévu que la superficie ensemencée en soja au Canada atteigne un niveau record en 2017, mais cette superficie n'augmentera pas que dans l'Est du Canada. La semaine prochaine, je ferai un survol des intrants agricoles et des intentions en matière d’ensemencement pour l'Ouest du Canada, une région qui comporte un éventail de cultures plus diversifié, une superficie croissante de production de soja et différentes autres cultures.