Passer au contenu principal

Les plans de transfert aident à gérer le risque et offrent une certaine tranquillité d’esprit

  • 01 févr. 2021

Selon un sondage récent de Financement agricole Canada (FAC) sur la gestion du risque, la plupart des producteurs affirment qu’ils envisageraient un plan de transfert comme stratégie possible de gestion du risque pour leur exploitation.

Pourtant, la très grande majorité des producteurs continuent d’exercer leurs activités sans plan de transfert officiel, et bon nombre d’entre eux ne savent pas à qui s’adresser afin d’obtenir de l’aide pour en élaborer un, selon les spécialistes en transfert d’entreprise de FAC.

« C’est bien beau de dire aux producteurs qu’ils ont besoin d’un plan de transfert et qu’ils doivent commencer tôt à le préparer afin de ne perdre aucune des options qui s’offrent à eux, déclare Greg Thomarat, directeur des Services consultatifs à FAC. Mais parfois, leur plus grande difficulté est de savoir par où commencer et à qui s’adresser pour obtenir les outils et les ressources nécessaires afin d’élaborer un plan qui leur convient à eux, ainsi qu’à leur famille et à leur entreprise. »

On estime qu’au cours des 10 prochaines années, 75 % des exploitations agricoles changeront de propriétaire. Toutefois, seulement 8 % des agriculteurs disposent d’un plan de transfert écrit, révèle l’organisme Gestion agricole du Canada (GAC), qui a récemment dévoilé un portail Web où les agriculteurs peuvent trouver des outils, des ressources et des experts qui les aideront à diverses étapes du transfert de l’exploitation agricole, de l’évaluation de leur situation à la mesure des progrès en passant par la mise en œuvre du plan.

Le portail Guide sur la relève agricole, accessible à farmtransitionguide.ca, est conçu pour aider les agriculteurs à s’orienter dans leur cheminement de transfert. Parmi les ressources et les outils offerts figurent des options de transfert familial et non familial, ainsi que des récits inspirants d’autres agriculteurs.

« Lorsqu’ils prennent des mesures en vue de planifier un transfert, les agriculteurs ne font pas que tabler sur leur propre héritage. Ils assurent aussi le maintien de l’excellence en agriculture au pays grâce à une gestion efficace en matière de planification », soutient Heather Watson, directrice générale de GAC.

Par ailleurs, depuis quelques années, FAC a accru ses services consultatifs en transfert d’entreprise, consciente que de plus en plus d’agriculteurs atteignent l’âge de la retraite et sont prêts à transférer leur exploitation agricole à la prochaine génération.

D’après les spécialistes en transition d’entreprise de FAC, la majorité des producteurs qui sont prêts à prendre leur retraite de l’agriculture comptent sur le produit de la vente de leur exploitation pour financer leur retraite, et l’un des plus grands défis qu’ils doivent relever est l’élaboration d’un plan de transfert. Les services consultatifs élargis de FAC comprennent plusieurs activités visant à faciliter le processus de transfert de l’exploitation agricole pour les producteurs, ainsi que de l’encadrement, des contacts avec des conseillers, des ressources et divers services.

Un sondage mené par le Groupe consultatif Vision de FAC en partenariat avec GAC auprès d’un peu plus de 1 700 producteurs a révélé que près de 40 % des répondants ressentaient un stress modéré ou élevé découlant de facteurs liés au transfert de leur exploitation. Le sondage indiquait également qu’environ un quart de ces répondants (12 %) ont signalé que des facteurs relatifs au transfert de leur exploitation les empêchaient de dormir.

FAC aide les familles agricoles qui en sont aux premières étapes du processus de transfert à s’engager dans la bonne voie avec leur plan de transfert et continue d’offrir encore plus de services consultatifs et d’occasions d’apprentissage aux producteurs.

« Comme l’agriculture est une activité qui comporte déjà un large éventail de risques et d’incertitudes, l’élaboration et la tenue à jour d’un plan de transfert permettent de tracer un chemin clair pour ceux qui veulent quitter l’industrie ou en faire partie, explique M. Thomarat. Il y a beaucoup de choses qui ont une incidence sur l’agriculture et sur lesquelles le producteur n’a aucun pouvoir, comme le contexte économique, les accords commerciaux et les conditions météorologiques. Un plan de transfert ne fait pas que faciliter la gestion du risque d’entreprise; il rassure aussi les producteurs et leur permet d’avoir l’esprit tranquille. »

FAC est le plus important prêteur à l’industrie agricole et agroalimentaire canadienne et possède un portefeuille de prêts de première qualité de plus de 41 milliards de dollars. Nos employés ont à cœur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire au Canada. Nous offrons des solutions de financement souples et concurrentielles ainsi que des logiciels de gestion, de l’information et des connaissances, spécialement conçus pour l’industrie agricole et agroalimentaire. À titre de société d’État financièrement autonome, nous versons des dividendes à nos actionnaires, et nous réinvestissons nos profits dans les secteurs et les collectivités que nous servons. Pour en savoir plus, visitez fac.ca.

-30-

Pour organiser des entrevues ou obtenir de plus amples renseignements, communiquez avec :

Éva Larouche (bilingue)
Communication d’entreprise
Financement agricole Canada
1-888-780-6647
eva.larouche@fac.ca