Un bon moment pour revoir sa stratégie financière, selon FAC

  • 12 juil. 2017

Regina (Saskatchewan) – La hausse modeste du taux cible du financement à un jour (taux directeur) annoncée cette semaine par la Banque du Canada devrait inciter les agriculteurs et les exploitants d’agroentreprises à revoir leur stratégie financière, selon Jean-Philippe Gervais, économiste agricole en chef de FAC.

La Banque du Canada a en effet augmenté son taux cible du financement à un jour de 25 points de base*, le faisant passer de 0,5 % à 0,75 %. C’est la première hausse annoncée par la Banque depuis septembre 2010. Le taux directeur est utilisé pour établir le taux préférentiel des institutions financières et par conséquent, il exerce une influence sur les prêts hypothécaires à taux variable. Habituellement, lorsque le taux directeur varie, le taux préférentiel varie du même montant. Cette variation renseigne également les marchés financiers sur la conjoncture économique et entraîne souvent des taux d’intérêt à long terme plus élevés.

« Pour la plupart des agriculteurs et des exploitants d’agroentreprises, cette hausse n’est pas assez marquée pour qu’ils revoient leur stratégie d’affaires, mais je leur recommande de revoir leurs options de financement à long terme, dans l’anticipation qu’il ne s’agisse que du début d’une hausse lente et graduelle, conseille M. Gervais. Dans le contexte actuel, les producteurs et les agroentreprises doivent faire preuve de prudence et veiller à pouvoir payer un taux d’intérêt plus élevé. Ainsi, si les taux poursuivent leur progression, la viabilité à long terme de leur exploitation sera assurée. »

Étant donné que les coûts d’un prêt hypothécaire sont souvent des coûts clés pour une exploitation agricole, les producteurs doivent choisir entre un taux fixe et un taux variable, en fondant leur décision sur de l’information fiable et une évaluation de leur propre tolérance au risque. Bien que les taux variables puissent offrir un emprunt à coût moindre, dans un contexte de taux d’intérêt haussiers, ils peuvent créer l’effet contraire.

« Pour un producteur qui court déjà un risque financier considérable, il pourrait être avisé de réduire le risque de hausse des taux d’intérêt, prévient M. Gervais. Même s’il est toujours attrayant d’économiser, il est parfois plus prudent d’éliminer les risques de manière proactive. Je ne dis pas que tout le monde devrait opter pour un taux fixe, mais bien que chaque producteur doit connaître les répercussions de divers scénarios et agir au mieux des intérêts de son entreprise. »

Voici d’autres points à considérer :

Avantages d’un taux fixe

  • Protection contre les taux haussiers jusqu’à la fin du terme à taux fixe (plus le terme est long, plus les coûts sont constants)
  • Plus facile de prévoir les coûts d’intérêt et de capital afin de calculer les profits et les pertes

Inconvénients d’un taux fixe

  • Règle générale, les taux hypothécaires fixes sont plus élevés que les taux variables. Par conséquent, plus le terme est long, plus le taux d’intérêt est élevé
  • Des pénalités pour fermeture ou paiement anticipé du prêt peuvent être encourues si le prêt est remboursé intégralement avant la fin de son terme

Avantages d’un taux variable

  • Selon les données historiques, les détenteurs d’hypothèque à taux variable paient moins d’intérêt pour la majeure partie de leur prêt si les taux d’intérêt diminuent
  • Possibilité de convertir à un taux fixe sans pénalité

Inconvénients d’un taux variable

  • Risque de taux plus élevés si le taux préférentiel augmente

Apprenez-en davantage sur les taux d’intérêt en consultant le site de FAC au www.fac.ca. Les producteurs qui veulent revoir leur stratégie financière ou en définir une peuvent communiquer avec le bureau de FAC le plus près en composant le 1-800-387-3232.

FAC est le plus important prêteur à l’industrie agricole canadienne et possède un portefeuille de prêts de première qualité de plus de 30 milliards de dollars. Nos employés ont à cœur l’avenir de l’agriculture au Canada et le rôle de cette industrie qui devra subvenir aux besoins alimentaires d'une population mondiale toujours croissante. Nous offrons des solutions de financement souples et concurrentielles ainsi que des logiciels de gestion, de l’information et des connaissances spécialement conçus pour l’industrie agricole et agroalimentaire. Nos profits sont réinvestis dans l’industrie et dans les collectivités où vivent et travaillent nos clients et nos employés. Visitez fac.ca ou suivez-nous sur FacebookLinkedIn et Twitter à @FACagriculture.

* Un point de base correspond à un centième de point de pourcentage (0,01 %). Par conséquent, 50 points de base correspondent à 0,5 %. Le point de base est utilisé couramment pour calculer les variations des taux hypothécaires et les rendements des obligations.

- 30 -

Pour obtenir de plus amples renseignements ou organiser des entrevues, veuillez communiquer avec :

Éva Larouche (bilingue)
Communication d’entreprise
Financement agricole Canada
1-888-780-6647
eva.larouche@fac.ca