Passer au contenu principal

Les hausses de la valeur des terres agricoles du Canada continuent de ralentir dans un contexte d’incertitude, selon FAC

  • 06 avr. 2020

La valeur moyenne des terres agricoles du Canada a augmenté de 5,2 % en 2019, ce qui représente la plus faible augmentation de la dernière décennie selon le dernier rapport Valeur des terres agricoles de FAC.

L’augmentation enregistrée en 2019 fait suite à des hausses de 8,4 % en 2017 et de 6,6 % en 2018 et s’inscrit dans une tendance où l’on observe, depuis cinq ans, un ralentissement de la croissance dans les valeurs moyennes des terres agricoles.

« Les années de hausses marquées de la valeur des terres agricoles continuent de céder la place à une croissance plus modeste, explique Jean-Philippe Gervais, économiste agricole en chef de FAC. Les fluctuations des prix des produits, l’incertitude entourant les échanges commerciaux internationaux et des conditions météorologiques difficiles freinent possiblement la croissance de l’industrie agricole canadienne, qui est par ailleurs dynamique et vigoureuse. »

Deux provinces de l’Atlantique ont enregistré les hausses moyennes les plus importantes en 2019. Il s’agit de l’Île-du-Prince-Édouard et du Nouveau-Brunswick avec des hausses moyennes respectives de 22,6 % et de 17,2 %.

L’Ontario (6,7 %), le Québec (6,4 %) et la Saskatchewan (6,2 %) ont affiché des hausses moyennes légèrement supérieures à la moyenne nationale, tandis que la Colombie-Britannique se situe le plus près de la moyenne nationale avec une hausse moyenne de 5,4 %. Les provinces du Manitoba, de l’Alberta et de la Nouvelle-Écosse, quant à elles, ont connu des hausses moyennes inférieures à la moyenne nationale, affichant des hausses respectives de 4 %, 3,3 % et 1,2 %.

Pour la quatrième année consécutive, le nombre de transactions rendues publiques à Terre-Neuve-et-Labrador était insuffisant pour évaluer pleinement la valeur des terres agricoles dans cette province.

Caractérisées par des écarts importants, les augmentations de la valeur des terres agricoles enregistrées au pays sont aussi variées que les facteurs qui ont pu avoir une incidence sur celles-ci. La valeur moyenne des terres agricoles a grimpé chaque année depuis 1993; toutefois, de 2011 à 2015, les hausses ont été plus prononcées dans de nombreuses régions partout au pays. Depuis, le Canada connaît des croissances plus modestes (moins de 10 %) de la valeur moyenne des terres agricoles.

La pandémie de la COVID-19 fait en sorte que les producteurs agricoles et les propriétaires d'entreprises œuvrant dans l’ensemble de la chaîne de valeur alimentaire doivent composer avec un contexte économique difficile.

« Étant donné le climat d’incertitude actuel, je m’attends à ce que les producteurs agricoles, les éleveurs et les transformateurs alimentaires continuent de faire preuve de prudence dans leurs investissements », fait valoir M. Gervais, qui encourage les producteurs à établir et à tenir à jour un plan de gestion du risque qui tient compte d’un large éventail de changements économiques possibles, notamment des variations dans la production, la volatilité des prix des produits ou des perturbations potentielles dans le commerce mondial.

Le rapport Valeur des terres agricoles de cette année tient compte de facteurs qui ont eu une influence sur les valeurs moyennes des terres agricoles et les prix en 2019, soit avant la pandémie de la COVID-19. Les prochains rapports tiendront compte des incidences de la pandémie sur les valeurs moyennes.

En diffusant ses prévisions et ses connaissances économiques en agriculture, FAC offre des points de vue et une expertise solides afin d’aider les intervenants qui œuvrent dans l’agroindustrie à atteindre leurs objectifs. Pour de plus amples renseignements et conseils, visitez www.fac.ca/ÉconomieAgricole.

FAC est le plus important prêteur à l’industrie agricole et agroalimentaire canadienne et possède un portefeuille de prêts de première qualité de plus de 38 milliards de dollars. Nos employés ont à cœur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire au Canada. Nous offrons des solutions de financement souples et concurrentielles ainsi que des logiciels de gestion, de l’information et des connaissances spécialement conçus pour l’industrie agricole et agroalimentaire. À titre de société d’État financièrement autonome, nous versons des dividendes à notre actionnaire, et nous réinvestissons nos profits dans les secteurs et les collectivités que nous servons. Visitez fac.ca ou suivez-nous sur FacebookInstagram, LinkedIn et sur Twitter.

-30-

Pour obtenir de plus amples renseignements ou pour organiser des entrevues, veuillez communiquer avec :

Éva Larouche (bilingue)
Communication d’entreprise
Financement agricole Canada
1-888-780-6647
eva.larouche@fac.ca